Le mot du Président

Confinement, déconfinement, reconfinement, gestes barrières, télétravail, masques… Jamais notre quotidien n’aura été si protocolaire et la langue française si prompte à inventer de nouveaux mots ! Depuis mars 2020, nous sommes comme projetés au cœur d’une fiction qui nous rappelle le scénario… d’Un jour sans fin. Mais 2020, année aussi inédite soit-elle, nous a ramenés à l’essentiel sans nous faire oublier l’essentiel : la solidarité, le courage, le partage… des ingrédients qui font l’essence et le sel de la vie associative. Passé le choc de l’injonction collective au ralentissement, nous avons, ensemble, continué à observer notre marché. Nous avons su nous adapter et préserver les liens. Et au fond, les données collectées sur l’année nous ont donné quelques raisons d’espérer. En effet, les chiffres de l’immobilier d’entreprise sont de bons indicateurs de la situation économique du territoire et de son potentiel. Ils renseignent sur l’état de la conjoncture et donnent aussi des informations structurelles. En 2019, leur niveau était « exceptionnellement » haut. En 2020, au regard du contexte, ils sont « exceptionnels » : un quasi-record en locaux d’activités et entrepôts avec 306 000 m², une bonne année pour les bureaux qui enregistrent un volume de 123 000 m². Les chantiers ont pu rapidement redémarrer et livrent des m² neufs dans des secteurs stratégiques de développement. En dépit de la crise, les entreprises ont réalisé leurs projets. C’est dire à la fois la richesse du tissu économique local et la confiance des forces vives de notre territoire en l’avenir. Mais il faut savoir raison garder. Car d’autres indicateurs associés à l’effet crise méritent d’être soulignés, c’est en particulier le cas des prix. Leur nette augmentation à Bordeaux est un indicateur de forte pression sur un parc où l’offre se raréfie. Notre territoire, aussi résistant soit-il, n’est pas hermétique aux aléas… nous avons su absorber l’onde, il faut se tenir prêt à gérer la réplique. Nous avons su accompagner les crises quand elles se sont présentées. Nous avons su nous rassembler pour gérer la poussée quand il s’agissait de s’inscrire durablement dans une économie performante et créatrice d’emplois. Il nous faudra désormais démontrer notre capacité à la résilience.  Si sur la décennie précédente, les grands chantiers, des Bassins à flot à Bastide Niel en passant par les opérations d’intérêt national (Euratlantique) et métropolitain (Aéroparc & Inno campus), ont permis à Bordeaux d’imprimer sa nouvelle marque, la décennie qui s’annonce nous place clairement dans le champ de l’innovation. La Covid 19 nous offre, au fond, une chance. Celle de requestionner des modèles qui nous semblaient peut-être acquis. Elle chahute nos certitudes et nous oblige à retravailler nos convictions et nos valeurs pour participer à l’écriture de ce monde qui change et qui invite aux transitions.  A y regarder de près, les chiffres des marchés de l’immobilier d’entreprise de l’année 2020 nous disent qu’ensemble nous sommes parvenus, comme nous le disions dès le premier semestre, à résister voire même à persister. Les chiffres de l’année sont bons. Et même si les indicateurs nous obligent à la prudence et à l’humilité pour l’année à venir, ne boudons pas notre plaisir d’être au cœur d’un territoire qui séduit et initie des projets.   En 2021, brisons la boucle temporelle et bâtissons nos rêves !